La Périostite Tibiale

Courir, c’est bien, mais cela vient avec son lot de risque!

La saison de la course est déjà commencée pour plusieurs personnes. Il est très facile et peu dispendieux d’exercer cette discipline sportive. 

Premièrement, il est important de savoir qu’au cours d’une année, il est estimé que 50 à 75% des coureurs se blesseront. Plusieurs blessures différentes peuvent se produire, mais les plus probables affectent, comme vous vous l’imaginez surement, les membres inférieurs ; c’est-à-dire les pieds, chevilles, genoux et hanches. 

            Dans ce texte, je vais m’attarder sur une blessure courante, soit la périostite tibiale. 

 

Définition

Cette blessure est en fait une inflammation de l’enveloppe de l’os du tibia. C’est cette inflammation qui provoque une douleur à l’avant de la jambe. Attention de ne pas confondre cette blessure avec le syndrome des loges, qui est une augmentation anormale de la pression à l’intérieur de l’enveloppe des muscles de l’avant de la jambe.

 

Causes

            Il faut savoir que la majorité des blessures qui surviennent à la course sont causées par une mauvaise technique de course et celle-ci n’en fait pas exception. Une absorption inadéquate des chocs à chacun des pas est responsable de l’apparition de cette blessure. Une mauvaise absorption peut être reliée à différents facteurs. Ici je vous présente trois des facteurs les plus importants.

Le premier est certainement un mauvais patron moteur des membres inférieurs. Une personne qui fait de trop petites enjambées, donc qui attaque le sol avec la partie avant de son pied crée un freinage à chacun de ses pas, ce qui augmente grandement la pression absorbée. Selon les experts, il serait idéal d’attaquer avec le milieu de son pied, soit entre la passe des orteils et le talon.

 

            Une deuxième cause est que la plupart des coureurs, surtout ceux qui demeurent en ville, ont tendance à uniquement courir sur du béton. Cette surface est extrêmement dure pour nos articulations. Il est préférable de varier les surfaces de course. La terre battue, le gazon synthétique ou des sentiers de petites roches concassées représentent des surfaces moins dommageables pour nos articulations. Attention au terrain de gazon naturel dans les parcs. La longueur du gazon peut cacher des imperfections de la surface et cela augmente le risque de blessures.

            


Une troisième cause est la qualité de nos chaussures de course. Certains souliers sont plus adéquats que d’autres, lorsqu’il est sujet d’absorption des chocs lors de la course. Afin de choisir une meilleure paire de chaussures, je vous invite à demander conseils dans un magasin spécialisé

            

 

Quoi faire?

            Comme n’importe quelle blessure, la première étape à la guérison est le repos. Je ne veux pas dire d’arrêter toutes activités physiques, mais plutôt de prendre une pause de la course. Vous pouvez tout simplement faire une activité différente. Lorsque la douleur est disparue, il faut prendre le temps de corriger la ou les raisons de l’apparition de cette blessure.

 

 

 

Coach JP

         

Références :

-      Harvey, J.-F. Courir mieux. Ed. de l’homme, 2013

-      Lussier, M, Toussaint, P.M. Mythes et réalités sur la course à pied 2019

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *