Savais-tu que..?       Les femmes et l’exercice physique...

Je suis enceinte, je ne peux plus m’entrainer. C’est trop dangereux!!

Ce qu’il faut savoir...

 

·     Il y a beaucoup plus de risques liés à l’inactivité physique qu’à la pratique régulière d’activités physiques pour la femme enceinte. Il est cependant important de consulter son médecin.

 

·     Lors d’une grossesse sans complications, on doit encourager un mode de vie sain comprenant des exercices aérobies et musculaires

 

·     La pratique d’activités physiques diminue sensiblement les risques d’accouchement prématuré, de complications liées à l’accouchement, de détresse foetale, de césarienne et de complications néonatales.

 

·     Bien que la musculation soit sécuritaire, il est important de savoir qu’autour de la 16e semaine de grossesse, le risque de subir des malaises ou étourdissements lorsqu’une femme est couchée sur le dos augmentent. Il faut donc éviter cette position.

 

·     Le centre de gravité change tout au long de la grossesse, il est donc déconseillé de pratiquer des sports ou de faire des exercices pouvant provoquer une chute. Par contre, le vélo stationnaire ou la musculation sont conseillée. Il suffit de faire le bon choix... il faut diminuer tout simplement le risque de chute.

 

 

Je suis une femme et je ne veux pas avoir de gros muscles...

Ce qu’il faut savoir...

 

·     Une femme qui suit un programme de musculation sur une période de 4 à 6 mois peut prendre entre 2 à 6 livres de masse musculaire.

 

·     Plusieurs chercheurs proposent que les femmes ont une plus grande proportion de fibres musculaires de type I, utiles à l’endurance et qui grossissent moins à la suite d’un entrainement en musculation.

 

·     Parfois la génétique affecte la proportion de fibres musculaires de type I ou de type II (fibres plus volumineuses), ainsi que le taux de testostérone présent chez certaines femmes.

 

 

Quelques bienfaits supplémentaires de l’entrainement en musculation 

 

·     Amélioration de plusieurs qualités athlétiques telles que l’endurance et la puissance.

 

·     Diminution des risques de blessures grâce à l’amélioration des qualités musculaires.

 

·     Diminution des risques de maladies du cœur, du diabète de type 2, d’ostéoporose.

 

·     Amélioration de la qualité du sommeil, de l’humeur et de l’estime de soi.

Références

Lussier, M. & Toussaint, P.-M. (2013). Mythes et réalités sur la musculation. Montréal, Québec : Les Éditions de l’Homme.

Lussier, M. & Toussaint, P.-M. (2012). Mythes et réalités sur l’entrainement physique. Montréal, Québec : Les Éditions de l’Homme.